Tarifs préférentiels de livraison dès 100 euros d'achat ❤



La Fraise

Ce petit fruit à la robe rouge éclatante d’une saveur délicatement sucrée et en forme de coeur fait battre le nôtre et délectent nos papilles depuis des siècles, au point de faire aujourd’hui partie intégrante de notre patrimoine culinaire français : nous voulons parler de la fraise, bien évidemment. 

Un peu d’histoire 

Connue en Europe depuis l’Antiquité, les Romains la dégustent et l’utilisent même en cosmétique pour se faire des masques de beauté. C’est au XIVème siècle qu’on la retrouve dans les jardins européens. Trois siècles plus tard, le botaniste et navigateur français Amédée-François Frésiez rapporte des plans de fraises blanches du Chili, de gros spécimens — Le soucis ? Les plants mâles ne donnent aucun fruit. Il faut alors attendre les travaux d’un autre botaniste, Antoine Nicolas Duchesne, pour que des fruits voient le jour : il a remarqué que sur des fraisiers de Virginie femelles, des fraises poussent. … C’est alors la naissance du premier croisement « naturel » et l’apparition de la fraise dite « ananas », Fragaria x ananassa, d’où proviennent nos variétés actuelles. Aujourd’hui, ce sont près de 135 variétés de fraises qui sont recensées en France au catalogue des semences, dont une dizaine seulement représentent 90% des ventes. 

Dans nos assiettes

Son mariage avec la pâtisserie remonte au Moyen-Âge, époque à laquelle en Europe, elle était considérée comme un fruit luxueux et était réservée aux tables des rois et des nobles. Les fraises étaient souvent servies fraîches, agrémentées seulement d’un peu de crème. 

Puis, au fil des siècles, elles sont devenues un ingrédient incontournable dans de nombreux desserts emblématiques, tels que la tarte aux fraises, ou la fameuse Charlotte. elles étaient alors utilisées pour ajouter une touche de fraîcheur et de délicatesse à une grande variété de créations sucrées.

Toutefois, cueillie à pleine maturité, la fraise ayant ainsi pu développer tous ces arômes, n’appelle aucun artifice et se laisse croquer telle qu’elle. Elle offre alors une chair à la fois ferme et fondante, sucrée et juteuse : un délice dont les flaveurs évoquent à elles seules la douceur des journées d’été.